top of page
  • Writer's picturele millionnaire invisible

Avoir de l'argent ...

Updated: Aug 27, 2019

On parlait de contradiction récemment. Une autre grande contradiction de la gestion financière, c'est confondre "avoir de l'argent" et "avoir du crédit". Si je me permets d'afficher le slogan d'une banque ci-dessous, c'est bien parce qu'il représente justement la mauvaise gestion financière et me fait grincer des dents à chaque fois que je l'entends.

Il reste de la place sur la carte

Je ne sais pas comment j'ai fait pour devenir financièrement indépendant aussi vite avec mon background. Mes parents ne juraient que par le crédit. Une carte de crédit de la Caisse, une marge de crédit, une carte Sears, une carte La Baie, une carte pour à peu près tous les commerces possibles et imaginables. Mon père disait souvent d'un de mes oncles, très économe, qu'il utilisait mal le crédit et qu'il devrait se servir de l'effet de levier que le crédit procurait ... ayoye ! Quand une banque souhaite vous donner "du levier", dites-vous qu'il y a anguille sous roche.


Une phrase que j'entendais souvent de mes parents est "il reste de la place sur la carte". Avoir de la "place" sur une carte était pour eux une façon de gérer un budget. Avoir de la place sur la carte ou une des cartes, signalait qu'ils avaient de l'argent... je l'entends de temps à autre par d'autres personnes, sous plusieurs formes, comme quoi on confond avoir du crédit et avoir de l'argent.


Je peux me le permettre

Une autre phrase du genre "il reste de la place sur la carte" est bien "je peux me le permettre". Règle générale, si on dit cette phrase, c'est un signe qu'on n'a pas les moyens. D'ailleurs, même si on a "les moyens", ça ne veut pas dire qu'on doit acheter l'objet convoité pour autant ...


Quand on pense qu'on peut se permettre quelque chose, c'est qu'on n'a pas mis les priorités en place. Comme Warren Buffet le dit si bien "n'économisez pas ce qu'il vous reste après avoir dépensé, mais dépensez ce qu'il vous reste après avoir économisé". Si vous avez fait vos économies, faites ce que vous voulez avec le reste sans vous poser la question (autre que "en ais-je vraiment besoin" ... et je ne veux pas plagier McSween ici, c'est une phrase bien normale que je me dis souvent depuis longtemps).

Les gens qui dépensent Le plus drôle, c'est qu'on juge souvent les gens à la façon dont ils dépensent ... mais on ne tire pas les bonnes conclusions.


Quand un voisin achète un char neuf après avoir fait faire une piscine creusée, on dit "ouin, ça marche ses affaires" au lieu de dire "ouin, il s'endette le voisin" !


J'entendais souvent mon père dire "lui, il a de l'argent ...", juste parce que la personne en question avait une voiture de luxe et/ou une grosse maison. Pas parce qu'il avait vu ses revenus ou ses économies, mais bien parce qu'il ne voyait que ses achats, en d'autres mots ses dépenses.


C'est un peu comme juger un livre par sa couverture. Un collègue qui a toujours des vêtements neufs, flashy et qui sort dans les restos chaque midi, on se dit qu'il a sûrement une bonne paye ... alors qu'il a potentiellement juste des cartes de crédit plus remplies que nous.


J'avais un collègue à l'époque, un "stock broker" qui avait trouvé une stratégie pour se faire un nom. Il avait acheté une Lamborghini. Selon lui, s'il avait l'air "successful", alors le succès viendrait à lui car il aurait "un nom". Dans les bars, bouteilles de Champagne, les plus gros hôtels pour les voyages qui plus est étaient toujours en classe affaire. Puis survient la crise de crédit (quel nom ironique), et il se retrouva à la rue avec des dettes. De plus, il s'était effectivement fait un nom ... un qui rimait avec "mauvaise gestion".


J'avais même des collègues qui, parfois, me demandaient de l'argent à la fin du mois. J'étais estomaqué. Un salaire à faire mourir d'envie plein de gens, pas marié, pas d'enfants, un loyer souvent payé (car "expat"), mais ils étaient dans les bars et restos 6 soirs par semaine. Des gens qui travaillent en finance et qui ne sont même pas capables de respecter une notion de base. Des gens condescendants parce que tu n'as pas de voiture (et crois que tu n'as pas "les moyens") mais qui te demandent de l'argent pour boucler la fin du mois ... ha! quel plaisir j'avais à leur dire non :-)

Je m'excuse

Je m'excuse de souligner la Banque Scotia de cette façon. Je n'ai rien contre cette banque en particulier et chacune a son slogan. Mais celui-ci représente bien le problème qu'a notre société. On se pense tous plus riche qu'on est ... ou on veut tous paraître plus riche qu'on est.


Ce faisant, on s'appauvrit. Au lieu d'acquérir une autre source de revenu tels que les revenus de placement, on paye des intérêts à quelqu'un. Ce n'est pas le chemin vers l'indépendance financière. Faire des revenus de placement de, disons, $500 par mois au lieu de payer $500 par mois en intérêts, ça fait une belle différence de $1,000 ... à chaque mois. Ou $12,000 par année, $120,000 au bout de10 ans sans même compter les revenus d'intérêts sur ... les revenus de placement (!).

Digérer $43,000 de dettes en 2 ans

J'ai trouvé cet article de La Presse fort intéressant sur ce couple qui a digéré $43,000 de dettes en 2 ans, sans aide. Un couple endetté comme bien d'autres et qui devait se trouver "plus riche qu'il ne croyait". Au bord du précipice, les banques leur proposaient comme solution de prendre encore plus de dette ... j'imagine déjà les solutions proposées. Marge de crédit pour rembourser les cartes, transfert des prêts auto et hypothèque sous le même toit, etc. Le tout, sans vraiment adresser le problème car, pour les banques, avoir des dettes ce n'est pas un problème, il faut juste bien connaître tous les merveilleux outils à notre disposition ;-)


Par contre, depuis le 1er août, les banques doivent évaluer la capacité de remboursement des clients avant de leur accorder du crédit. Tant qu'à faire, pourqui ne pas demander à McDonald d'évaluer la santé de leurs clients avant de leur vendre un trio Big Mac, ou à Ford de vérifier si le client n'habite pas loin d'un métro avant de lui vendre un char. Je sais pas comment dire, mais il y a comme un petit conflit d'intérêt ...


Un exemple empirique intéressant. Lorsque je suis allé faire mon MBA, il y avait d'autres "travailleurs" qui, eux aussi, ont fait un retour aux études pour un an. Il y en avait un en particulier qui avait une très haute estime de lui-même. Il parlait de lui, ce qu'il faisait, etc. Il avait une Lexus hybride haut de gamme, le top du top, et n'était pas certain que j'étais en finance puisque je venais aux cours en Bixi (selon lui, j'aurais dû avoir une BMW). Après quelques mois d'études, sans revenus, il a été contraint de vendre son contrat de location et ce même s'il habitait chez ses parents (il n'habitait pas là pour économiser en vue d'acheter, mais bien pour dépenser plus pour flatter son égo). Aucun acheteur pour cette voiture de luxe, il a été obligé d'offrir $15,000 pour que quelqu'un reprenne le contrat de location, somme que ses parents lui ont donnée (Une chance qu'il y a des sites comme ByeByeLease ou LeaseBusters pour repasser son bail de location, mais certains demandent de bons incitatifs pour le reprendre). Tenez-vous bien, il travaille depuis la fin du MBA comme conseiller financier ... Bref, faites-vous un budget et des objectifs. C'est la meilleure façon de savoir si vous êtes vraiment plus riche que vous pensez. Surtout, n'essayez pas de passer pour plus riche que vous êtes. Les millionnaires invisibles le savent. Ils n'ont rien à prouver, la vie coûte beaucoup moins cher et les tracas financiers en moins offrent une paix d'esprit inestimable.


Bonne semaine à tous !


1,150 views0 comments

Recent Posts

See All

Comentários


bottom of page