top of page
  • Writer's picturele millionnaire invisible

Santorini !

J'ai déjà écrit un blog sur "Comment voyagez-vous" pour discuter des différentes façons de voyager et de ses coûts. Mais comme je reviens de vacances, et probablement depuis que j'écris ce blogue, je suis un peu plus critique en cette matière !

Santorini en septembre ... plus tranquille !

La Grèce

Ha! La Grèce ... juste prononcer le mot fait rêver. Douceur de vivre, température idéale et bonne bouffe. Il y a beaucoup de choses à voir, beaucoup de régions et, malheureusement, il faut faire des choix. Nous avons passé 5 jours à Crète, 5 jours à Santorini et 5 jours à Athènes.


Curieusement, Santorini n'était pas sur notre liste au départ car il y a tout simplement trop de monde. Mais bon, c'était sur notre "bucket list" et comme on était en septembre, on s'est dit qu'il y aurait moins de touristes. Par contre, je n'ose imaginer comment c'est en juillet et août.

Santorini en juillet/août ... bonne chance !

Trucs de voyageurs Les millionnaires invisibles ne voyagent pas en première classe et n'ont pas de chauffeur privé. Visiblement, en voyage, on identifie rapidement ceux qui dépensent comme s'ils étaient millionnaires ... et qui ne le seront jamais juste à cause de ça.


Le bus. Ben oui, véhicule du pauvre (!) que j'utilise abondemment. Quand vous arrivez à Santorini, des dizaines de gens vous approchent pour vous offrir un service de transport: Taxi, navette, chauffeur, etc. On vous offre un prix de départ (élevé), on observe votre réaction, on ne vous laisse pas regarder les autres options et on baisse le prix pour vous faire signer sous pression. C'est partout pareil dans les lieux touristiques, que ce soit en Asie, en Europe ou en Amérique. C'est plate, mais le plus simple est de ne pas regarder personne, être bête quand on nous bloque le chemin pour nous offrir quelque chose et ... surprise surprise, spotter le bus local. Le bus était 2.50 euros au lieu de 25... Pour un couple, c'est un petit 45 euros de sauvé en moins de deux ! Même stratégie pour repartir. En incluant les 2 trajets de l'aéroport au centre-ville, c'est près de 200 euros de sauvé juste pour quelques transports. Le plus drôle, c'est que c'est souvent plus rapide. 'Crasher' des partys (!) est aussi un autre moyen d'économiser tout en ayant du plaisir. En visitant des vignobles, on s'est vite rendu compte que la plupart des gens sur place étaient en groupe organisé. Bref, se mettre en ligne avec les groupes organisés pour la dégustation de vin et hop le party est pogné. Encore mieux, j'ai remarqué que les groupes avaient des numéros collés sur eux pour identifier dans quel groupe ils étaient. Bien que les serveurs ne semblent même pas regarder qui en a un, ça vaut la peine de regarder par terre, car il y a toujours un collant qui est tombé au sol ! Ça fait quand même très radin quand je me relis, mais en même temps, je ne paierais pas 20 euros pour une dégustation de vin quand les bouteilles sont 5 euros ... les meilleures dégustations demeurent les gratuites, chez le vigneron sympathique au nez rouge.


En fait, le truc du voyageur c'est de s'inscruster dans des événements gratuits et non ceux qui sont organisés ! L'aventure c'est l'aventure ...

Moins de restos La plupart des gens aiment les restos en voyage. Pourtant, à certains endroit, il y a beaucoup d'attrape-touristes et on cuisine souvent mieux à la maison. Sans parler du coût de toujours manger à l'extérieur, il y a aussi une limite au nombre de repas au resto qu'on peut ingurgiter.


La salade grecque est un bon exemple. Tomate, concombre, olives noires, origan, huile d'olive et du vinaigre (on a commencé à y mettre des morceaux de pain, très intéressant). Rien de sorcier. Pourtant, tous les touristes semblaient en commander à chaque repas. Un petit truc ... luncher au resto et faites-vous une salade le soir, à la maison. Un lunch typique à Athènes dans une "taverna" nous coûtait 10 euros pour deux, pour 5 plats, du pain et un demi litre de blanc maison inclus. À chaque fois, des plats différents. On a fait de belles découvertes, sans faire des resto tappe à l'oeil où on paie pour le décor.


Pour les desserts, autre constat. On dirait que la majorité des gens croit qu'il faut indubitablement commander un dessert chacun, comme si c'était impossible de partager. Là c'est pas juste un truc pour sauver 5 euros, mais c'est aussi un truc pour sauver 5 kilos. Les desserts sont riches en Grèce et les dents sucrées sont contentes. Des baklavas qui trempent dans le sirop, une bougatsa de 2 pieds ou, pire encore, un kunefe... c'est bon c'est sûr, mais certains couples se sentent obligés de prendre chacun un dessert, comme si en "splitter" un était contre la loi. J'ai remarqué car ce ne sont habituellement pas les plus minces qui commandent chacun un dessert ...


Signe des attrape-touristes : Quand quelqu'un est dans la rue avec un menu et vous apostrophe pour aller manger dans son resto, le mot "attrape-touristes" devrait tout de suite vous venir en tête. Ce resto aura des prix très élevé, une ambiance bien ordinaire, tout comme le menu d'ailleurs. Salade grecque et moussaka en première page, ou des souvlakis. Une autre raison pour se faire à manger plus souvent ou chercher dans les petites rues pour un resto familial au décor sobre.


Il y a un McDo à Santorini. De grâce, n'y allez pas !

Pollution sonore

Je n'ai pas été décu par le paysage de Santorini. Je m'y attendais. Par contre, le bruit ... il y a des VTT partout. Le véhicule par excellence pour les touristes qui veulent toujours plus de fun. Comme si marcher était trop plate, ou comme si le fait que "c'est juste 25 euros par jour" justifiait la location. On veut tout voir en deux jours et on finit par ne rien voir, notre gros derrière assis dans un véhicule qui vient polluer la beauté qu'on est censé être venu voir au départ ...

Ce n'est pas tant la quantité de gens qui était fatiguante à Santorini, mais la quantité de gens qui se promenaient en véhicule ... il faut croire que maintenant sans voiture, je ne vois plus les véhicules du même oeil.


En passant, la maudite trottinette Lime ... elle est partout. Mais littéralement partout. Les gens les laissent en plein milieu du trottoir, par terre dans la rue, dans les parcs. Un fléau. C'est ben "cool", pis ça coûte pas cher pour avoir du fun ... Ha ! Les pauvres.

Souvent pas trop chic non plus ...

Souvenirs et achats Achetez-vous beaucoup en vacances ? J'en entends de toutes les sortes, et j'en reviens pas des raisons qu'on se donne ... 1. "C'était pas cher". La pire justification pour un achat. On ne va pas au Dollarama à chaque jour et en ressortir avec une niaiserie pour la simple raison que c'était pas cher. On dirait qu'en vacances, ça passe. Plusieurs "pas cher" font très cher au bout de deux semaines !

2. "Il me restait des euros". J'ai jamais compris celle-là non plus. J'ai déjà reçu une cravate en bois par mes parents parce qu'ils voulaient se "débarasser" des euros restants ... svp, s'il vous reste des euros, gardez-les pour votre prochain voyage !


Faites aussi attention aux achats impulsifs. La chemise bleue et blanche en lin qui est tellement belle à Mykonos en juillet l'est peut-être un peu moins à Saint-Donat ou à Granby en octobre... la discipline budgétaire, ça se fait en vacances comme à la maison. Selon moi, ce n'est pas parce qu'on est en vacances qu'on doit obligatoirement se "laisser-aller".


Mais le pire des achats demeure quand même les vacances à temps partagé (time sharing). Justifier l'achat d'une fraction de condo en se disant que c'est moins cher que le condo au complet est un peu trop simpliste. J'ai déjà assisté à une séance de condo à temps partagé, mais c'était pour avoir le t-shirt gratuit qui venait avec (ok ok, je suis parfois ben radin). La plupart des gens qui assistait à la séance en était à leur premier voyage. Tout était beau, tout était magique. On ne voyait que le positif ... je me sauve un paragraphe d'écriture et vous réfère à cet article du guide Protégez-Vous. Bref, time sharing égale erreur.

Les fameux ouvre-bouteille en forme de phallus que matante Germaine achète à mononc Rénald.. "y sontaient" pas chers (!) pis sont tellement drôles ...

Le coût d'Instagram et Facebook Et oui, encore ce "fear of missing out" (Fomo). Santorini est aussi malheureusement célèbre pour les séances de photos de mariage à gros prix et les logements exclusifs. Bien sûr, il faut épater la gallerie et, pour plusieurs, c'est le plus beau jour de leur vie ... alors pourquoi se priver ? Une amie a des photos de mariage à Rome ? Votre belle-soeur n'arrête pas de vous parler de ses photos à Paris. Vos "amis" sur Instagram ont des photos mémorables ... qu'à cela ne tienne. Santorini est rempli d'équipes de photographes qui peuvent prendre les meilleures photos dans les meilleurs endroits juste au bon moment de la journée. Il y a même des drônes pour s'assurer d'avoir les meilleurs angles et voilà de quoi impressionner tous ces amis que vous ne connaissez pas sur votre réseau. Tout ça pour simplement une dizaine de milliers d'euros. Mais bon, c'est le plus beau jour de votre vie (!). Quand je voyais ces pauvres couples en robe et habit de mariés, sur le top d'une roche à 32 celcius, entourés d'une équipe pour leur éponger le visage entre deux photos de drône, je me disais, ironiquement, qu'il y a une forte probabilité qu'ils ne regarderont plus ces photos dans un mois et que c'est aussi le genre de couple qui ne sera plus ensemble dans 5 ans ...


Pire encore, les hôtels. Pour avoir une "chambre avec vue" à Santorini, attendez-vous à dépenser près de mille euros par nuit. Encore une fois, un mélange "Instagram" et "plusse beau jour de votre vie" fait en sorte que plusieurs milliers se retrouvent "down the drain". On avait un petit appart à 5 min à pied d'une superbe vue. On allait voir le coucher de soleil chaque soir, verre à la main, entre deux ballades quotidiennes. La même vue que ceux qui payent le gros prix ... de plus, quand il fait nuit, la vue est un peu la même pour tout le monde peu importe où vous dormez ! On a vu des logements assez chers avec piscine privée ... mais les "piscines" étaient souvent de grands bains près du chemin, aux yeux de tous ... pas ben ben privé. Disons que l'ambiance "lune de miel" en est un peu gâchée. Pour les vraies "piscines" privées, soit les chambres à plusieurs milliers par nuit, laissez-les aux vrais "riches et célèbres" ...


Canaves, Oia. Top du top du ridicule. Selon des dires, il faut réserver 27 ans à l'avance pour manger sur ce balcon qui ne sert qu'une table par jour ... soyez honnête, ce n'est pas pour vous que vous le faites, mais pour "impressionner" les autres. L'égo coûte parfois très cher. Si vous avez comme raisonnement que vous devez y aller parce que c'est votre seul et dernier voyage, ce sera effectivement le dernier !

Vue pour impressionner les impressionnables

Activités On rencontre plusieurs types de voyageurs à Santorini. Pour le mieux et pour le pire.


Il y a ceux qui veulent tout voir en 1 journée et qui vous accrochent dans la rue pour vous demander "où est l'église ?" ... comme s'il n'y en avait qu'une ! On voit dans leurs yeux que le temps presse. Ils veulent LA photo mythique avant de passer à une autre île. En voir plus pour en montrer plus sur les réseaux a un coût ... et on n'en profite même pas en bout de ligne. Il y a ceux qui veulent vraiment "en profiter". SeaDoo le matin, VTT en après-midi. Faut pas manquer une seconde pour "avoir du fun" et mettre les moteurs à fond. Les "locateurs" de véhicules sont tout sourire et ne semblent pas se soucier qu'il est maintenant impossible de marcher sur l'île sans devoir surveiller ses arrières pour ne pas être frappé par un véhicule ou devoir crier pour se faire comprendre à travers le bruit incessant des VTTs.


Oh, il y a ceux pour qui se sera leur seul et unique voyage. Ils ont économisé toute leur vie pour ce voyage de rêve alors qu'ils dépensent l'équivalent de un à deux voyages par année en cafés et en cigarettes. Au diable le bus, au diable le petit restaurant familial, au diable l'appartement qui n'est ni luxueux ni situé dans l'endroit mythique. Ces gens-là veulent se "souvenir" de ce qui sera probablement le seul voyage de leur vie, et leurs cartes de crédit vont justement s'occuper de leur rappeler encore longtemps. Pourtant, les meilleurs souvenirs de voyage ne sont pas ceux qu'on croit ou qu'on pensait être au départ ... ce sont souvent même les mauvaises expériences qui, curieusement, deviennent les meilleurs souvenirs. Des "vues" ou paysages, des levers et/ou couchers de soleil, il y en a partout. C'est ce qu'on fait avec qui compte.

Adoption (réciproque) de ce visiteur inattendu qui nous attendait soir et matin sur notre balcon.

Remarques économiques sur la Grèce

Les plus:

Il y a quelque chose de curieux avec les crises économiques comme celle que vit la Grèce. Elles semblent stimuler l'imagination de la population. Peut-être par instinct de survie (les gens n'ont plus rien à perdre) vous voyez apparaître des commerces innovateurs et des initiatives originales. On est ouvert à tout, on essaie tout. Boutiques et restos ne demandent qu'à être découverts. Il y a moins de cellulaire. J'ai remarqué pendant un très long lunch (il faut quand même le finir ce litre de vin maison) que les enfants avaient moins de cellulaire qu'ici. Ils jouent dehors comme je le faisais à une époque lointaine. C'est assez "cool" de manger sur une rue piétonnière (rare à Athènes) et voir des enfants jouer à la "tag" et à la cachette.


Les moins: On ne comprend pas pourquoi il y a autant de voitures, pourquoi il se boit autant de café, et pourquoi on fume autant. Avec mon oeil d'économiste ou de financier (j'ai quand même deux yeux ...), je ne peux faire 100 mètres sans me poser la question. Un pays en crise, un taux de chômage de 17.6% (35% chez les 18-24 ans ... qui était même à 50% en 2016), et ils ont tous une voiture. Les rues sont pleines, ça déborde, un trafic monstre. Si ce n'était que ça. Ça fume en plus (le plus haut taux en Europe), et ils ont toujours un café (un "freddo") en main. Je ne peux marcher sans m'empêcher de faire des calculs ... une voiture et un stationnement (disons 750 euros), 1 à 2 paquets de cigarettes par jour (150 euros par mois), 2 à 3 cafés par jour (200 euros par mois), etc. Une facture mensuelle d'au moins 1,100 euros pour des dépenses sèches... On se dit qu'il y a sûrement une bonne raison pour laquelle le pays est en crise.

En conclusion Certains diront que si je veux économiser, alors je ne devrais tout simplement pas voyager. Ce à quoi je réponds: je ne suis pas frugaliste. Je ne dis pas d'arrêter de faire ce qui vous procure du bonheur, mais de prendre conscience que certaines dépenses peuvent être facilement évitées. Ainsi, on peut garder le cap vers l'indépendance financière. Si on a fait nos devoirs, donc économisé selon notre plan et/ou notre budget, alors profitons-en pour faire ce qui nous rend heureux, mais n'oublions pas de garder nos bonnes habitudes, même en voyage !



Un vrai repas de millionnaires, 10 euros !

523 views0 comments

Recent Posts

See All
bottom of page