top of page
  • Writer's picturele millionnaire invisible

FoMO -Fear of Missing Out

La peur de rater quelque chose (FoMO, acronyme de l'anglais fear of missing out) est une sorte d'anxiété sociale caractérisée par la peur constante de manquer une nouvelle importante ou un autre événement quelconque donnant une occasion d'intéragir socialement.

Média Sociaux Le phénomène du "FoMO" est vieux comme le monde. Très utilisé en marketing, pensons au "Black Friday" ou au "Boxing Day" par exemple, le FoMO implique un coût important et ce phénomène a définitivement pris de l'ampleur avec la popularité des médias sociaux.


Certains diront que le FoMO, c'est l'orgueil. L'idée de ne pas avoir une aussi belle maison ou voiture que son voisin en affecte plusieurs. On voit son voisin arriver avec une voiture neuve et, soudainement, il faut changer la nôtre. Et pour une bien plus belle en plus, histoire de prouver quelque chose. Il ne faut surtout pas être vu dans une vieille voiture. Notre "statut social" en prendrait un coup. D'autres diront que c'est un manque de confiance en soi. On achète les derniers gadgets pour impressionner les autres ou pour attirer leur attention. C'est une façon rapide de se valoriser.


Mais plus fort encore que notre "statut social", ce sont nos statuts sur les réseaux sociaux. On peut maintenant voir qui va en vacances, qui peut se permettre des voyages de rêve, ou qui mange dans les meilleurs restos. Bien souvent, ce sont des gens que l'on ne connaît même pas en plus (des "fauxmis"). Chaque événement est peut-être le seul que fera cet "ami" Facebook dans sa vie, mais avec 3,500 faux amis, on a l'impression que le monde entier s'amuse pendant qu'on se morfond dans le salon. C'est sans compter que les photos sont toutes plus belles les unes que les autres grâce à Instagram. Notre statut Facebook ou autre en prend définitivement pour son rhume. Vous connaissez le proverbe "Quand on se regarde on se désole, quand on se compare on se console ...", bien ce n'est pas le cas des réseaux sociaux. On devrait maintenant plutôt dire "quand on se compare on se désole, quand on se regarde on se console" !


Mais revenons au coût du FoMo. Un sondage effectué auprès de 900 Canadiens montre que : 1. 26% des Canadiens ont le FoMO (48% des milléniaux, 9% des boomers...). 2. 70% des Canadiens pensent que 25% de leurs dettes proviennent du FoMO. 3. Les sources du FoMO : divertissement (31%), la nourriture (24%) et les voyages (16%) 4. 30% ne peuvent couper dans les restos à cause du FoMO. 5. 38% des Canadiens ne peuvent pas quitter les médias sociaux à cause du FoMO (qui engendre le FoMO par le fait même ... un peu comme une drogue !) Selon une autre étude, 40% des milléniaux dépenses trop, ou de l'argent qu'ils n'ont pas, juste pour garder le rythme avec leur entourage. Comme dit Dave Ramsey "We buy things we don't need with money we don't have to impress people we don't like".

Un bon vieux classique ...

Ce que cette dernière étude a trouvé : 1. 40% des milléniaux dépensent de l'argent qu'ils n'ont pas pour faire comme leurs amis. 2. 73% de ceux qui ont des dettes de FoMO n'en parlent pas à leurs amis. 3. 27% ne peuvent pas dire "non" quand on leur propose quelque chose dont ils n'ont pas les moyens. Beaucoup de dépenses, et pour certains des dettes, de peur de manquer quelque chose, pour impressionner l'entourage ou pour compenser une manque de confiance en soi.

L'Adaptation Hédoniste Selon la théorie de l'adaptation hédoniste, qu'une bonne ou une mauvaise chose nous arrive, notre niveau de bonheur général finit toujours par revenir à sa moyenne (relative).

Des hauts et des bas. Mais en moyenne ...

Par exemple, vous achetez votre première voiture en sortant de l'école. Elle est rouillée, le moteur fait du bruit, mais vous êtes fou de joie de l'avoir (vous lui donnerez probablement un nom en plus, comme si c'était un membre de la famille). Ensuite, premier emploi, vous achetez votre première voiture neuve. Quelle joie. Finalement, le FoMo, l'orgueil ou le désir d'impressionner le voisin, vous achetez votre première voiture luxueuse. À chaque fois, vous retrouvez un peu le plaisir de "la première fois". Entre les deux, vous êtes redescendu de votre "high" à votre niveau de bonheur moyen. Maintenant, imaginez le contraire. Vous achetez une voiture luxueuse à 20 ans. Gros gros high. Vous manquez d'argent, le banquier vous oblige à la vendre et vous devez vous contenter d'une voiture neuve ben normale. Puis, toujours avec des problèmes d'argent quelques années plus tard (acheteur compulsif), vous êtes obligé de vous contentez d'une vieille voiture rouillée dont le moteur fait du bruit (et vous ne lui donnez pas un beau nom). À chaque fois (suivant le "high" initial), c'est une déception. Dans le premier cas, une vieille voiture a procuré de la joie, mais ici, elle apporte de la déprime. Pourtant, entre les "bas", votre niveau de bonheur revient à sa moyenne. C'est un peu ce que décrit le livre "The Subtle Art of Not Giving a Fuck" de Mark Manson lorsqu'il compare l'achat de biens luxueux à la drogue. Le plaisir ressenti par l'achat d'un bien est de courte durée, et on recherche notre dopamine en achetant un autre bien encore plus dispendieux pour retrouver notre sensation de plaisir (ne pas confondre avec bonheur). C'est aussi ce que décrit Nicolas Bérubé avec son livre "les millionnaires ne sont pas ceux que vous croyez" en donnant un exemple similaire de voiture avec un cas réel, celui d'un homme qui est né avec une cuillère d'argent. Quand on passe d'une Ferrari 460 à une Porsche Boxter, il y a de quoi être triste...


Tout est relatif, même le bonheur ...

Mieux encore, donner rend plus heureux que s'acheter quelque chose (ou de recevoir). Si acheter du luxe procure du plaisir, aider quelqu'un procure du bonheur. Le plaisir est de courte durée. Le bonheur, c'est un mode de vie ...


Tout ça pour dire que :

1. Le FoMO, ça coûte cher et ça ne vous rend pas plus heureux. 2. Se payer du luxe procure un plaisir, un high, mais c'est une sensation court terme. Votre bonheur n'en sera pas affecté. Donc débranchez-vous de Facebook et Instagram. Vive le MO (Missing Out !). Cessez de dépenser pour des choses uniquement pour se faire plaisir, ou pour se gâter. Car un budget "serré" vous causera du stress, et du stress ce n'est pas bon pour votre bonheur. En écrivant ces lignes, je pense à deux choses dont je me faisais souvent reprocher par des collègues de travail. La première, mes voyages. Comme je disais au dernier blogue, "comment voyagez-vous", une des raisons pour laquelle nous sommes toujours des "backpackers", ou presque, est qu'il est très difficile de redescendre de certains standards. Passer de l'hôtel 5 étoiles à l'auberge de jeunesse est beaucoup plus difficile que le contraire. La deuxième chose pour laquelle on me regardait de façon bizarre, la télé et les jeux vidéos. Je n'ai jamais eu le câble. Je viens de finir de regarder "Breaking Bad", loué à la bibliothèque. On m'a fait remarqué que c'est "vieux" et passé date. Que les nouvelles séries sont meilleures. Mais si je ne vois pas les nouvelles séries, alors, pour moi, "Breaking Bad" c'est tout nouveau, non !? La série devrait me procurer le même niveau de plaisir que pour ceux qui l'ont regardée quand c'est sorti, non ?! Même chose pour les jeux vidéos. J'avais pensé à acheter un PS2 ou 3 il y plusieurs années. On me disait qu'il y avait beaucoup mieux. Mais moi qui n'avais rien eu, le PS3 était pour moi nouveau, donc au summum, non ?!


Autrement dit, je pourrais dire aux gens de ne pas acheter le dernier gadget à la mode car, dans quelques années, ce ne sera plus populaire. En d'autres mots, toutes nouveautés sont désuètes par nature !!!

Donc voici, ci-dessous, le graphique de ma définition du bonheur. 1. Vive le MO (Missing Out). Vous n'êtes pas obligé d'être partout ... 2. Faites un budget et économisez pour ne pas avoir de soucis financiers. 3. Vivez selon vos besoins et non selon vos désirs. Car, à long terme, il y aura toujours des hauts et des bas, mais mieux vaut trouver un bon équilibre pour que notre niveau de bonheur moyen soit le plus élevé possible (et ce, c'est "zéro stress").

Parce qu'en bout de ligne, même être millionnaire n'est pas un "high" en soit si on vit selon ses besoins. Par contre, ne jamais s'obstiner ou se chicaner avec notre amoureuse pour des questions d'argent, ou ne jamais se soucier de l'argent, ça procure beaucoup de bonheur.

603 views0 comments

Recent Posts

See All

Commentaires


bottom of page